Sunday, February 28, 2010

Let's talk about the rules

Oui oui, the Rules. Les règles, les périodes, le menstruations, ou même la Lune-rouge comme c'est parfois appelé plus poétiquement. Je sais, certains lecteurs se sont déjà enfuis.
C'est si tabou comme sujet non? Faut pas en parler, faut éviter le plus possible d'en discuter, à en croire les publicités, il faut même tout faire pour les oublier.
J'ai réalisé l'ampleur de ce phénomène en lisant un blog cette semaine qui parlait de cette innocent petit objet :

La Divacup, ou Mooncup. J'avais déjà vu ce truc, mais je n'aurais jamais deviné que c'était de ça qu'on parlait en lisant les commentaires scandalisés et dégouttés du blogueur et de la majorité des commentateurs. 'Eurk! Dégueulasse! Je peux pas croire que quelqu'un de sensé utiliserait ça! Si je sortais avec une fille qui en portait un, je suis pas sure que je resterais avec!'
Imaginer ma surprise quand j'ai vu de quoi il était question.
Ce petit contenant de silicone flexible qui sert de 'tampon-écologique'.
J'ai trouvé ça premièrement incroyable. Puis triste.
Est-ce que les filles de nos jours ont à ce point perdu contact avec leur corps que l'idée de devoir mettre et enlever cet objet. L'idée de devoir se 'salir' un peu les répugne?
Voyons!
Les filles, si on n'accepte pas notre corps, qui le fera? Et je ne parle pas de trucs weirdo comme de s'étendre du sang partout ou se faire des tisanes menstruelles (oui oui, ça se fait!!)
Mais simplement d'accepter qu'un femme fertile, ça saigne. C'est comme la Lune, on a des phases, on a un cycle qui recommence chaque mois et qui n'est nullement gênant ou répugnant.
Même que les peuples antiques vénéraient ce moment du mois. Ou au moins, ils le respectait.
Si mes quelques années plus granos m'ont apprises quelques chose, c'est qu'on ne devrait pas prendre pour du cash la société qui nous dit d'avoir honte et de nous cacher. D'essayer d'oublier que notre cycle est bien là et qu'il fait partie de nous.
Comment on peu s'accepter si on accepte pas tout de nous? Est-ce que c'est vraiment plaisant d'être mal à l'aise pendant une semaine? De devenir un bloc de glace pour notre copain parce qu'on a peur de parler de quelque chose de tout à fait naturel? C'est si dégoutant, du sang? Ca peut nous faire mal??
Moi je vous dis, respectons nos corps, les hommes comme les femmes, ils sont beaux, sacrés et ont devraient les honorer. Je conseille un petit lien bien amusant et oh combien instructif!

http://www.the-clitoris.com/

Friday, February 19, 2010

Qu'on me prenne pour une fille aigrie...


Mais je continue à fighter pour l'originalité!
Y'a cette annonce pour Disney on Ice--les Princesses classiques qui passe partout ces jours-ci.
Ca m'éneeeeerve!
God! Toutes les petites filles capotent sur cette franchise. Je fais une overdose de Cendrillon et d'Ariel! Au service de garde, elles se battent férocement pour qui portera la robe à 80$ de Belle qu'une maman vient d'acheter.

Hier je disais à Chéri, quand on aura une fille, faudra trouver un moyen de préserver son impressionnable et tout nouveau petit cerveau de ce genre d'obsession. Ces maudits commerciaux, faudra trouver un moyen pour que notre TV les censures automatiquement. Je ne veux pas que ma progéniture devienne une fanatique sectaire royale.
Je ne veux pas voir que des tutus griffés Disney dans la maison, des stickers de princesses aux fenêtres et des sets de chambres assortis jusqu'au tapis. Je ne veux pas flamber 100$ chaque hiver pour aller voir Disney on Ice.
Je veux que ma ou mes filles aient une imagination.
Tsé, comme on avait dans le temps. Quand on tripait sur Passe-partout sans avoir une panoplie de produits dérivés. Quand nos parents avaient pas beaucoup d'argent, et qu'on jouait à la ferme dans le sous-sol.
Et je vous jure qu'on avait du fun avec notre chaise déguisée en vache et nos vieilles robes de maman. Ça ne coûtait rien, personne ne nous avait appris ces jeux et on pouvait y passer des heures.

Je veux que ma fille aie la volonté de dessiner autre chose que des Cendrillons, qu'elle veuille se déguiser en chat ou en coccinelle à l'halloween, qu'elle s'imagine des fées et des héroïnes bien à elle. Qui ont des bizarres de noms parce ce que ce sera elle qui les aura créés.
Je compte bien faire ce qu'il faut!

Thursday, February 18, 2010

Une histoire de Porridge


Porridge.
Faut que je l'avoue, juste le mot me fait rigoler. Même quand je suis toute seule.
Alors comprenez que j'aime bien le plugger dans une conversation de temps en temps.
C'est un petit plaisir de la vie quand je déjeune chez Cora avec Chérie et qu'un voisin de table commande un gruau.
C'est tellement n'importe quoi, tellement drôle...et pourtant si simple.


Mais plus sérieusement, j'ai re-trouvé une recette de soins de beauté récemment qui était faite à partir de gruau---ou plutôt, de flocons d'avoine.
Fallait que j'essaie!
C'était un nettoyant pour le visage-maison. Je me suis dit, c'est logique. Après tout, y'a de l'avoine dans tout plein de cosmétiques commerciaux.
C'est ultra-simple en plus. Suffit de broyer des flocons d'avoine avec la petite machine à moudre les grains de café.
Entreposé dans un jolie bocal qu'on peut laisser sur le comptoir de la salle de bain sans problème.
Quand vient le temps de l'utiliser, on mélange une petite quantité de la poudre d'avoine avec de l'eau tiède. En fait on se fait un mini-porridge et on ajoute une goutte d'huile essentielle de mélaleuca ou de lavande comme "nettoyant".
Honnêtement, ça fait deux semaines que je n'utilise que ça pour laver mon visage et je n'ai jamais eu une peau aussi douce.
Non seulement ça, mais ma peau normalement très fragile et portée à rougir est d'une teinte plus uniforme. Mes pores sont plus petites et nettoyées. Ma peau n'est pas grasse et pas un seul petit bouton depuis le début. Même en SPM!
Je suis tenté de déclarer cette recette miraculeuse! Je lui laisse encore deux semaines d'essais avant de faire ça....mais croyez moi, ça vaut le coup d'essayer. Et ça coûte pratiquement rien.

Monday, February 15, 2010

Quand on flotte sur un nuage

Aaaahhhh...ce matin, malgré le froid, malgré que ça soit Lundi, j'ai le sourire.
J'suis de bonne humeur. La tête dans les nuages, les yeux qui voient rose.

J'suis amoureuse comme au premier jour, et je dirais certainement beaucoup plus. Plus en amour que je ne l'ai jamais été de toute ma vie.
Vous savez, quand on est tellement certain qu'on est avec la bonne personne, que c'est même pas envisagable qu'on ne vieillirais pas ensemble main dans la main.

Quand quelques mots de lui, un câlin, un regard sincère valent plus qu'un million de roses, de chocolats et de petits coeurs rouges.
Quand simplement être avec cette personne te fait monter les larmes aux yeux de bonheur. Quand une semaine loin de l'autre parait comme une année.
Quand tu as le goût de devenir poète juste pour être capable de trouver les mots.

Ça c'est le vrai sens de la St-Valentin.
Je t'aime tellement Chéri, à l'infini!

Friday, February 12, 2010

Vérification

C'est plate, mais je dois le faire...faudra confirmer que vous n'êtes pas une machine pour laisser un commentaire.
J'haïe ça! Je me sent comme les profs qui pénalisaient une classe entière pour une ou deux personnes qui faisaient les caves et qui ne voulaient pas l'admettre.
Mais là, cherchez moi pourquoi, mon post d'il y a plusieurs mois sur Isabelle Blais était devenu un babillard pour publicités douteuse. J'leur ai coupé ça ben raide moi!

Monday, February 08, 2010

Éloge à la peau naturelle



Bon, j'allais écrire comme titre "Éloge à la peau blanche", mais finalement ce n'est pas ça que je veux dire. Ça pourrait paraître raciste et l'idée en fait c'est d'accepter notre couleur naturelle.
Que ca soit noir, bronzé, pleine de taches de rousseur ou porcelaine.


Ma peau à moi, elle est blanche. A part quelques taches de rousseur en été, elle ne prend aucune teinte sauf le rouge si je vais trop au soleil.
J'ai été longtemps frustrée par mon sort. Pourquoi certains prennent un teint bronzé si facilement?

Je m'était laissé convaincre que la peau pâle égalait maladif, fade et pas enviable. Les annonces fréquentes de Laguna cet automne me faisaient chier, parce qu'il n'était pas question que je m'expose à ce 75% de plus de chances de développer un cancer de la peau. Ni à avoir une peau qui a l'air de vieux cuire ridé avant mes 40 ans.
Mais en même temps, la toune quétaine du rappeur qui annoncait me rappelait que j'étais moins "désirable" que les pitounes à la peau dorée.

J'ai tout essayé en ce qui concerne les crèmes auto bronzantes. Oui oui, ça marche! Mais on se tanne vite de s'étaler une couche de crème collante du bout des orteils à la nuque tout les matins à 6h30. Quinzes belles minutes de perdues.
Et demandez à Chéri, des becs dans le cou qui goûtent le chimique, c'est jamais winner .

Sans compter que c'est pas très bon psychologiquement, ça nous rappelle chaque jour que notre état naturel est moins que bien. Qu'on doit fournir un effort constant pour ne pas glisser doucement vers le non-acceptable.
Tout ça pour dire que j'ai découvert le mouvement "je m'accepte" sur internet. J'ai porté mon attention non pas sur les célébrités bronzées/oranges, mais sur les rares beautés qui aiment, acceptent et affichent leur peau porcelaine.
Les Nicole Kidman, Liv Tyler, Scarlett Johansson, Mia Kirshner et Michelle Tratchtenberg de ce monde.
Et j'ai réalisé qu'une peau blanche c'est non seulement acceptable, ça peut être absolument sexy et lumineux. En tout cas, ça nous sépare de la foule.


Vaut mieux entretenir et faire tout ce qu'on peut pour maximiser ce que la nature nous a donné. A 40 ans avec de la chance j'aurai une peau blanche, mais douce comme tout et jeune. Les accros des salons de bronzage...et bien elles auront l'air de vieilles sacoches! Ha!

Thursday, February 04, 2010

L'ingénieur voyageur

Bon, je suis pas d'humeur à sauter de joie...mais ça fait du bien de rire un peu quand on est down, c'est pour ça l'image rigolote. Parce que j'aurais pu opter pour une image toute triste d'avion qui part au loin, des nuages gris, des larmes. Mais je préfère sourire, ça m'encourage.

Ouais...Chéri est encore envoyé en Colombie-Britanique pour une semaine. Je n'aurais jamais pensé qu'un Ingénieur-électrique c'était appellé à voyager si souvent.
Ma moitié sera donc à l'autre bout du pays jusqu'à Vendredi prochain, et je m'ennuie déjà. En fait comme je lui disais ce matin entre deux sniffs, c'est le départ le plus difficile.

Une fois que c'est fait, je deal quand même pas pire. Ça fait quelques semaines déjà que je me monte une petite liste de choses à faire pendant que je suis seule. J'ai de quoi me tenir occupé pendant une bon mois avec tout ça.
Peinture, magasinage à volonté, visites intensives et fréquentes des librairies, bibliothèques, cafés et resto-végétarien des alentours.

Mais je suis pas bonne pour les adieux, ça me met à terre, je pleure comme une fillette parce que j'essaye de ne pas pleurer.
Je pense à tout ce qui pourrait ne pas aller. Un avion qui a des problèmes, des maudits terroristes, des machines dangereuses dans l'usine ou il va. Je suis plutôt fataliste dans ce temps là.
Je dois faire de l'anxiété de séparation.
Je vous dis que c'est pas drôle!
Mais grâce à cette belle invention qu'est le cellulaire et ses messages textes, je me sent quand même un peu rassurée. Vive les contacts faciles!